NORVÈGE - Actualité (1990-1996)


NORVÈGE - Actualité (1990-1996)
NORVÈGE - Actualité (1990-1996) P align=center

Royaume de Norvège

Politique intérieure

Le 3 novembre 1990, Mme Gro Harlem Brundtland forme un gouvernement travailliste minoritaire. Elle succède au conservateur Jan P. Syse, qui avait démissionné le 29 octobre à la suite de divergences sur la politique européenne au sein du gouvernement de coalition qu’il dirigeait depuis un an, les centristes et les chrétiens-populaires rejetant une demande d’adhésion à la Communauté européenne. Cette question divise le pays depuis son refus, en 1972, par référendum, de rejoindre la C.E.E.

Le 13 septembre 1993, les élections législatives sont marquées par la forte progression du Parti du centre d’Anne Enger Lahnstein, opposé à l’intégration européenne. Celui-ci remporte 18,5 p. 100 des suffrages, et 32 (+ 21) des 165 sièges du Parlement (Storting). Le Parti travailliste reste la première formation du pays, avec 37,1 p. 100 des voix et 67 élus (+ 4). Les grands perdants de la consultation sont le Parti conservateur, avec 15,6 p. 100 des voix et 29 députés (– 8), et le Parti du progrès, avec 6 p. 100 des suffrages et 10 élus (– 12). Avec 13 sièges chacun, le Parti chrétien-démocrate et le Parti socialiste de gauche sont en léger recul. Le Premier ministre sortant, Mme Gro Harlem Brundtland, reste à la tête d’un gouvernement travailliste minoritaire.

Du 12 au 27 février 1994 se déroulent, à Lillehammer, les XVIIes jeux Olympiques d’hiver. La Norvège se classe deuxième, en nombre de médailles, derrière la Russie et devant l’Allemagne.

Le 23 octobre 1996, le Premier ministre Gro Harlem Brundtland annonce sa démission pour des raisons de convenance personnelle. Le 25, Thorbjörn Jagland, qui lui succède à la tête du gouvernement, annonce son intention de mener une politique plus conforme aux valeurs du Parti travailliste.

Vie économique

Le 29 octobre 1990, la couronne est liée à l’écu, avec des marges de fluctuation réduites, par le gouvernement de Jan P. Syse. Le projet de budget présenté par le gouvernement travailliste pour 1991 a pour objectif de réduire la dépendance du Trésor à l’égard des recettes pétrolières, en stimulant les autres secteurs de production.

En 1991, en dehors du pétrole, provenant des gisements de la mer du Nord, tous les secteurs montrent des signes de faiblesse. Le nombre de chômeurs atteint 5,5 p. 100 de la population active. Un plan est présenté en avril pour relancer la croissance et l’emploi. Le secteur bancaire connaît une crise grave: pendant les années du boum pétrolier, les banques avaient accordé des prêts sans se soucier des garanties de leurs clients. La chute du cours du brut en 1986 a provoqué un cortège de créances irrécouvrables. Le gouvernement entreprend plusieurs opérations de sauvetage des banques en difficulté.

En 1992, l’activité d’ensemble ne progresse que très légèrement. En décembre, la couronne est séparée de l’écu.

En 1993, les taux d’intérêt baissent, l’inflation se réduit et le déclin de l’emploi prend fin. La crise financière est virtuellement terminée. La production de pétrole est en progrès. En août, le gouvernement annonce un programme de soutien à l’économie, destiné à favoriser la création d’emplois, à améliorer la compétitivité de l’industrie et à stimuler les exportations non pétrolières.

En 1994, la reprise économique s’amplifie sous l’effet de l’accroissement de la consommation des ménages, tandis que l’inflation diminue. Ces bons résultats sont principalement dus au dynamisme du secteur des hydrocarbures.

En 1995, la croissance se maintient, toujours soutenue par la consommation ainsi que par l’investissement. Les risques de surchauffe sont prévenus par une politique de rigueur budgétaire. Le projet de budget pour 1996 est excédentaire. Cet excédent doit être, pour la première fois, affecté au Fonds d’État pétrolier qui est destiné à financer les retraites de la sécurité sociale lorsque les revenus du pétrole et du gaz viendront à se tarir. Le gouvernement annonce la privatisation prochaine des 3 banques qui avaient été nationalisées en 1991 pour éviter une crise financière.

En 1996, les bons résultats de l’économie doivent beaucoup à l’activité du secteur pétrolier et gazier dont la production s’est accrue, permettant de dégager un excédent budgétaire. L’inflation et le chômage se situent à des taux très modérés. Le seul motif d’inquiétude réside dans le risque d’un dérapage des salaires qui pourrait entraîner un phénomène de surchauffe.

Relations internationales

Le 19 octobre 1992, le Storting ratifie l’accord sur l’Espace économique européen et se prononce le 8 novembre en faveur d’une demande d’adhésion à la C.E.E.

En 1993, des négociations secrètes entre des représentants d’Israël et de l’O.L.P. se tiennent à Oslo sous la médiation de Johan Jorgen Holst, ministre norvégien des Affaires étrangères. Elles servent de base à l’accord de paix signé à Washington le 13 septembre.

Le 16 mars 1994, les Douze parviennent à un accord avec la Norvège au sujet des zones de pêche, ce qui permet à cette dernière de rejoindre l’Union européenne, après l’Autriche, la Finlande et la Suède, à compter du 1er janvier 1995. Cet élargissement est approuvé à une grande majorité le 4 mai par le Parlement européen. Il doit ensuite être ratifié par les Parlements des 12 pays membres, puis approuvé par référendum dans chacun des pays candidats.

Les 27 et 28 novembre, les Norvégiens consultés par référendum rejettent, à 52,1 p. 100, l’adhésion de leur pays à l’Union européenne. Ils avaient déjà fait de même, dans des proportions comparables, en 1972. Le oui ne l’emporte qu’à Oslo et dans les régions proches de la frontière suédoise. Les plus fortes proportions de non sont enregistrées dans les ports de pêche. Le taux de participation s’élève à 88,44 p. 100. Ce résultat constitue une victoire pour Anne Enger Lahnstein, présidente du Parti du centre, qui avait fait campagne en faveur du non aux côtés des chrétiens-populaires, des socialistes de gauche, d’une partie des travaillistes, des libéraux et des écologistes. Le Premier ministre Gro Harlem Brundtland avait prôné le oui.

À partir du 1er mai 1996, la Norvège bénéficie du statut d’observateur dans l’espace défini par l’accord de Schengen.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Championnat de Norvège de football 1996 — Infobox compétition sportive Tippeligaen 1996 Édition 34e Participants 14 Promu(s) Skeid FK Oslo Strømsgodset IF Moss FK …   Wikipédia en Français

  • Norvège aux Jeux olympiques d'hiver de 1992 — Norvège aux Jeux olympiques Norvège aux Jeux olympiques d hiver de 1992 Code CIO  …   Wikipédia en Français

  • Norvège aux Concours Eurovision de la chanson — Norvège au Concours Eurovision de la chanson  Norvège Radio diffuseur NRK, TV 2 AS Émission de présélection Melodi Grand Prix …   Wikipédia en Français

  • 1996 dans les parcs d'attractions — Années : 1993 1994 1995  1996  1997 1998 1999 Décennies : 1960 1970 1980  1990  2000 2010 2020 Siècles : XIXe  …   Wikipédia en Français

  • 1990 en basket ball — Années : 1987 1988 1989  1990  1991 1992 1993 Décennies : 1960 1970 1980  1990  2000 2010 2020 Siècles : XIXe siècle …   Wikipédia en Français

  • Norvège au Concours Eurovision de la chanson —  Norvege !Norvège Radio diffuseur NRK, TV 2 AS Émission de présélection Melodi Grand Prix Participations …   Wikipédia en Français

  • 1996 dans les parcs de loisirs — Années : 1993 1994 1995  1996  1997 1998 1999 Décennies : 1960 1970 1980  1990  2000 2010 2020 Siècles : XIXe siècle  XXe siècl …   Wikipédia en Français

  • Norvège — Kongeriket Norge (Norge) (nb) Kongeriket Noreg (Noreg) ( …   Wikipédia en Français

  • 1990 en basket-ball — Années : 1987 1988 1989  1990  1991 1992 1993 Décennies : 1960 1970 1980  1990  2000 2010 2020 Siècles : XIXe siècle  XXe siècl …   Wikipédia en Français

  • Coupe du monde de ski alpin 1996 — La Coupe du monde de ski alpin 1996 : Sommaire 1 Classement général masculin 1.1 Tableau d honneur du globe de cristal 2 Classement général féminin …   Wikipédia en Français

  • Coupe Du Monde De Ski Alpin 1996 — La Coupe du monde de ski alpin 1996 : Sommaire 1 Classement général masculin 1.1 Tableau d honneur du globe de cristal 2 Classement général féminin …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.